Energy in Future
 
Dr.-Ing. Dieter Bokelmann

Solution

Les solutions pour une production d'énergie primaire neutre en CO2 présentées dans le résumé pour le monde et l'Allemagne sont difficiles à mettre en œuvre pour deux raisons. Tout d'abord, la coordination globale entre les uns et les autres ne fonctionne pas. Il s'agit d'une condition préalable. Parce qu'il y a des pays qui n'ont pas assez de surface pour produire suffisamment d'énergie verte via le solaire et l'éolien. Et d'autres qui peuvent produire plus que ce dont ils ont besoin. Il faut donc organiser une distribution. Cette démarche n'aura qu'un succès partiel à court terme. Deuxièmement, il faudrait multiplier énormément l'activité d'investissement actuelle dans les énergies solaire et éolienne.

Dans l'image ci-dessous, on voit d'abord le monde de la solution. Théoriquement et aussi pratiquement, la production d'énergie primaire sans CO2 est possible. Toutefois, avec les restrictions mentionnées ci-dessus.

Deuxièmement, une solution pour l'Allemagne est présentée. Une production énergétique autosuffisante est impossible en raison du manque de surface, illustré à gauche (20,84% de la surface de l'Allemagne, y compris un facteur de 1,2 pour l'offshore). Une variante possible est présentée à droite. Ici, environ un tiers de l'énergie primaire nécessaire est générée par l'énergie solaire et éolienne. La zone nécessaire à cet effet est d'environ 150 km sur 150 km.  Les deux autres tiers sont générés par des turbines à gaz qui fonctionnent à l'hydrogène ou au carburant vert. Il est également possible d'utiliser de petites centrales nucléaires. Les deux centrales devraient produire 400MW chacune. On suppose qu'une superficie d'un kilomètre carré par usine est nécessaire. L'Allemagne compte environ 670 centrales électriques de différents types. En contrepartie, environ 600 nouvelles usines seraient nécessaires. Certaines des turbines à gaz existantes peuvent certainement être converties. La superficie totale requise pour ces centrales n'est que de 25 km sur 25. La surface nécessaire à ce type de production d'énergie ne représente qu'environ 1 % de celle nécessaire à l'énergie solaire ou éolienne. En outre, il faut encore importer environ 65 millions de tonnes d'hydrogène (ou similaire). L'hydrogène (ou des combustibles artificiels verts appropriés similaires) est utilisé d'une part pour le fonctionnement des turbines à gaz. En revanche, pour l'industrie (par exemple, les aciéries) et les transports lourds (camions et éventuellement autobus). Le défi consiste à organiser l'importation de ces quantités de combustible artificiel, à conclure des contrats avec les pays appropriés et à transférer le savoir-faire. 

Importer 65 millions de tonnes d'hydrogène (ou similaire) est un défi. Il n'y a pas que l'importation qui doit être réalisée. Le stockage, la distribution et l'application doivent également fonctionner. Cependant, l'Allemagne importe aujourd'hui un beaucoup plus que 65 millions de tonnes dans la somme du pétrole, du charbon et du gaz naturel. Ces quantités seront ensuite éliminées. 

La surface requise dans l'image est plus grande que celle calculée dans les autres feuilles. D'une part, cela est dû au fait que le mix énergétique peut encore être optimisé. D'autre part, il n'est pas nécessaire d'utiliser 100% de l'énergie primaire. En effet, les voitures électriques, etc. sont beaucoup plus efficaces que les moteurs à combustion. Ceci est pris en compte sur les autres pages.

Les données de l'image sont contenues dans le tableau à côté.